Comment retrouver sa vitalité après l’accouchement ?

La grossesse a sollicité l’organisme durant 9 mois pour fabriquer un petit d’homme. À cette occasion, les réserves en micronutriments indispensables pour régénérer les cellules peuvent être en berne.

 

Après la naissance

Les aliments que vous choisirez de manger sont susceptibles de vous apporter les éléments nécessaires aussi bien pour recharger les batteries que pour allaiter. Outre le fait d’assurer une hydratation optimale, de combler les besoins en protéines pour garder des muscles forts, d’apporter du calcium pour renforcer les os, il vous sera nécessaire d’améliorer l’apport des bonnes graisses oméga-3 qui aident à reconstituer les membranes cellulaires.

Lors de la grossesse, tout est mis en œuvre pour permettre la fabrication de bébé, et si l’alimentation durant les 9 mois est insuffisante en certains nutriments, ils sont alors puisés dans l’organisme maternel. Pour construire un bébé, il faut de l’énergie apportée par les sucres lents, des protéines et du fer pour les muscles, les organes et le sang, de bonnes graisses pour les membranes cellulaires et les neurones, du calcium pour solidifier les os et les dents, et une foule de vitamines qui interviennent à bien des niveaux (particulièrement les vitamines B9, B12 et D).

Il est aisé de comprendre qu’après l’accouchement, la nouvelle maman doit pour rester en forme régénérer ses stocks, son énergie et nettoyer les carburateurs cellulaires.

 

Pensez à boire plus d’eau pour lutter contre la fatigue

Boire de l’eau ne remplace pas de bonnes nuits de sommeil, mais comme celles-ci ne sont qu’utopie pour le moment, d’autres stratégies s’imposent ! La déshydratation peut avoir une répercussion sur la fatigue. Assurez-vous donc de boire suffisamment d’eau (environ 1,5 l/jour), surtout si vous allaitez, notamment à chaque fois que vous donnez le sein.

 

Comment retrouver sa vitalité et allaiter ?

La régénération protéique post-grossesse est capitale pour la vitalité, parce qu’elle renforce les muscles et les organes. Les protéines entrent également dans la composition du lait maternel, et donc la consommation de viande et de poisson ne doit pas être laissée-pour-compte. La femme qui allaite a besoin de plus d’énergie : 400 calories supplémentaires chaque jour. Pour les satisfaire, il est recommandé de consommer un fruit de plus et une portion supplémentaire de produit laitier chaque jour afin de renforcer l’apport de calcium (très utilisé durant le dernier trimestre de la grossesse et nécessaire à la qualité du lait maternel).

Il est important également de consommer des acides gras oméga-3 pour booster les échanges cellulaires et retrouver la bonne humeur et la vitalité, mais aussi pour assurer la mise à disposition d’un lait riche en oméga-3, très utiles pour les neurones de bébé.

Les cellules de l’organisme sont contenues dans une enveloppe membranaire constituée de lipides. Afin que les membranes des cellules soient de qualité, il faut les nourrir avec des huiles riches en acides gras polyinsaturés essentiels de type oméga-3, qui apportent une grande souplesse aux membranes cellulaires leur permettant de s’arrondir et de se déformer pour créer des sites récepteurs. Après l’accouchement, consommez-en quotidiennement (poissons gras, algues, huile de colza, noix et salade de mâche).

Si vous n’avez pas le temps pour préparer de « vrais » repas, la solution est de faire une collation toutes les 3 heures, en privilégiant des aliments sains, qui apportent protéines, glucides lents et calcium.  Voici quelques exemples de collations saines pour une meilleure énergie et un lait riche en calcium :

  • Un smoothie avec du lait ½ écrémé, des fruits ou des légumes et 5 amandes
  • 1 tartine à la pâte d’amande, accompagnée d’un verre de lait
  • 1 biscotte et 40 g de fromage avec ½ avocat
  • Un œuf dur avec une salade verte aux noix, assaisonnée d’huile de colza

 

Éviter le Baby blues

 

Après la grossesse, de retour à la maison avec bébé, vers le 5e jour après l’accouchement, la chute vertigineuse des hormones entraîne le « baby blues ». Cette période où la nouvelle maman se sent fragile et vulnérable peut perturber l’installation de la relation entre la mère et son enfant. Cette réaction paradoxale concerne près de la moitié des femmes venant d'accoucher. Aussi, il est essentiel de prendre en compte cette sensation de mal-être et de faire un rééquilibrage alimentaire avec un apport renforcé en oméga-3 pour aider à surmonter cette déprime passagère.

 

 

Retrouvez votre vitalité de fond

Faire le plein de vitamines, minéraux et polyphénols riches en facteurs antioxydants est essentiel pour se protéger des radicaux libres qui se sont accumulés à la faveur de l’accroissement de l’activité énergétique durant 9 mois. En effet, lors de la combustion des substrats énergétiques dans les cellules, des molécules toxiques appelées radicaux libres sont formées par oxydation des substrats énergétiques. Cette accumulation des radicaux libres est à l’origine de fatigue et d’inflammation. Il est alors important de favoriser une alimentation riche en antioxydants pour lutter contre l’oxydation cellulaire. En apportant des fruits et des légumes variés tous les jours, vous assurerez l’apport de vitamines, de minéraux, de fibres et de polyphénols antioxydants, vous lutterez aussi contre l’acidité métabolique. Les polyphénols sont des molécules tanniques ou pigmentaires que l’on retrouve dans les fruits et légumes et les herbes aromatiques. Bon nombre de polyphénols conditionnent la couleur, par exemple les flavonoïdes anthocyanes donnent la couleur rouge ou bleu violet aux baies rouges, d’autres sont responsables du goût amer et de l’astringence de certains végétaux.

 

Misez sur des nutriments « anti-fatigue »

Une alimentation bien équilibrée est la clef de la vitalité. La carence en certains nutriments, comme le fer, l’acide folique (ou vitamine B9) et la vitamine B12, accentue la fatigue. Assurez-vous donc d’inclure régulièrement viandes et poissons ou œufs, pour le fer, et la vitamine B12, produits laitiers pour le calcium, légumes verts à feuilles, germe de blé, noix, pour l’acide folique. Ces aliments sont fondamentaux, surtout si vous avez perdu beaucoup de sang lors de votre accouchement (le fer et les vitamines B12 et B9 participent à la constitution des globules rouges)

 

Lutter contre l’acidité cellulaire est aussi une bonne façon de lutter contre la fatigue, l’irritabilité, les douleurs chroniques, et même les kilos en trop. Au cours de la digestion, les aliments sont transformés par notre organisme, et libèrent des substances basiques et d’autres acides. Or, spontanément, la tendance est à l’acidité, parce que l’on mange trop de produits glucidiques et protéinés. Il faut donc pouvoir compenser ces aliments acidifiants par des aliments alcalinisants qui génèrent potassium, calcium et magnésium. Ce sont pour l’essentiel : les fruits et légumes verts, le jus de citron, le quinoa, la pomme de terre, les fines herbes, l’ail, l’oignon et les eaux minérales alcalines (en général pétillantes, riches en bicarbonates).